la marche consciente

IMG_0426La marche consciente

La première étape consiste, en silence et en mouvement, à porter l’attention sur le déroulement du pas et tous les éléments sollicités : le pied, le membre inférieur, l’appui et les changements, l’équilibre et la verticalité, la respiration, le balancement des bras, le corps en mouvement. Il faut aussi synchroniser le mouvement et le souffle (inspirer sur quelques pas, expirer de même), et prendre conscience des sensations du corps en mouvement dans l’espace, ainsi que des perceptions du vent, de l’air sur la peau (frais – chaud, sec – humide, lourd – léger…). On peut aussi écouter les bruits extérieurs et internes, sentir l’espace autour de soi et en soi, regarder et sentir la nature (couleurs, formes, mouvements, bruits…).

Cette pratique intéresse et focalise le mental sur un ou plusieurs objets, ceux que les sens permettent de percevoir. Elle favorise aussi une meilleure coordination des mouvements apportant régularité, harmonie et fluidité. Elle permet d’entrer en relation consciente avec soi-même, de développer et d’approfondir cette observation, notamment celle du moment présent qui permet d’enregistrer et de soulager tensions et douleurs. Cette attention peut se développer, s’élargir et s’affiner pour favoriser l’ouverture intérieure et extérieure ; elle focalise le mental et en lui donnant des éléments d’observation et de concentration, elle le calme d’une façon indirecte, douce et tranquille ; ainsi, le flot des pensées diminue et les fluctuations mentales deviennent plus conscientes, ce qui favorise le silence intérieur.

La deuxième étape consiste à pendre conscience du fait d’être attentif à tout cela. C’est alors que la double consciIMG_0438ence apparaît : conscience de celui qui exécute et de celui qui observe, acteur et témoin de l’action. Grâce à cet observateur, on peut avoir conscience des mouvements mentaux qui se manifestent habituellement de façon inconsciente. Comme le mental vagabonde sans cesse, l’attitude du témoin nous permet simplement d’enregistrer et d’accepter la pensée, la sensation ou l’émotion perturbatrice qui apparaît et nous distrait. Ensuite, il est possible de revenir aisément et consciemment à la pratique. La marche devient donc une véritable méditation dans l’action, générant un fort sentiment de contentement, de ravissement et de plénitude.

Le travail en alternance gauche – droite, le mouvement et la conIMG_0439science du mouvement équilibrent ida et pingala, introversion et extraversion. La répétition, la régularité et la tranquillité du pas pratiquées avec conscience stimulent le système parasympathique, favorisant ainsi la sécrétion de sérotonine, substance tranquillisante.

De plus, le système sympathique se trouve freiné, et c’est lui qui sécrète l’adrénaline, l’hormone du stress. Ainsi, la marche consciente engendre une relaxation active profonde, diminuant le stress et augmentant la résistance aux infections, favorisant le sommeil, calmant les émotions et apportant une grande détente mentale.
(extrait de le Yoga et la marche :http://yoga.eklablog.com/le-yoga-et-la-marche-a385347)

Les bienfaits du Yoga Marche

La marche, source de santé et d’énergie
par Gaëlle Cosnuau

IMG_2169Quand on pratique le Yoga sur une base régulière, on se rend rapidement compte qu’il pénètre tranquillement chaque sphère de notre vie, pour notre plus grand bien d’ailleurs.
La marche est source de santé et d’énergie et pour moi l’automne est une des plus belles saisons pour s’adonner à ce genre d’exercice. En raison des couleurs des feuilles et de la fraîcheur de l’air, je trouve cette saison très vivifiante et énergisante, même si, dans l’attente de la neige (bien entendu, au Canada, nous n’en manquons pas), elle met la nature progressivement en dormance jusqu’au printemps suivant.
C’est, à peu de frais, l’occasion de prendre le soleil et d’en capter l’énergie bienfaisante. La marche quotidienne est un grand atout pour notre santé globale. Il est même nécessaire par temps froid, en hiver, de faire l’effort de sortir tous les jours. Que vous soyez en ville ou dans une agglomération plus rurale, il existe toujours de beaux parcours de marche que l’on peut découvrir près de chez soi.
La marche permet de dépenser un peu d’énergie, de débarrasser le corps de ses déchets, de renouveler les cellules de tout l’organisme. L’énergie redoublera de semaine en semaine. Les femmes enceintes ou qui viennent d’accoucher et les personnes en convalescence ont tout intérêt à marcher à leur rythme quotidiennement pour maintenir ou regagner de l’énergie et une bonne santé.
La marche développe le goût de l’action. C’est le goût de vivre, la santé et l’énergie qui s’installent grâce à elle.
Je souhaite partager avec vous ici quelques techniques de yoga, de bien-être et de paix, qu’il est possible d’appliquer à nos séances de marche quotidienne :
Pratiquez la respiration complète des trois paliers (abdominale, costale et claviculaire) avec de courtes rétentions et en synchronisant vos pas avec votre souffle. Inspirez sur 3 ou 4 pas. Retenez le souffle poumons pleins sur 2 ou 3 pas. Expirez sur 3 ou 4 pas.
Même si cette technique requiert un effort conscient au départ, vous trouverez vite un rythme confortable et les bienfaits ressentis sont très apaisants et invitent au ressourcement.
Faites le silence intérieur. Même si cela s’avère souvent difficile, essayez de garder votre esprit aussi calme qu’un lac sans ondulation et dès que des pensées ou des préoccupations surviennent, laissez-les passer sans vous attarder à aucune, comme si un oiseau traversait le ciel.
Récitez mentalement un mantra : « So Ham » (Je suis Cela, je suis la Vie) par exemple s’applique particulièrement bien à la contemplation lors de la marche. Essayez de rester absorbé par ce que vos sens perçoivent et unifié à chaque élément, comme un tout indivisible, unifié à la Création. Vous pouvez aussi affirmer par exemple : « en marchant, tout va mieux, le bien-être s’installe en moi ».
Entretenez des pensées positives et de confiance. Un autre exemple : « en marchant, j’abandonne derrière moi l’excédent de fatigue, de stress, d’insécurité, les soucis, etc. »
Admirez et contemplez la nature. Essayez de ressentir et de capter le prana (l’énergie vitale au sens large) omniprésent grâce aux narines et à la peau par exemple, deux capteurs praniques principaux. Avec un peu de pratique, vous le sentirez aussi circuler en vous.
Pour garder un meilleur équilibre, il est préférable de ne rien avoir dans les mains, en les gardant légèrement ouvertes vers l’avant, pour bien capter l’énergie. Ce simple geste, les mains ouvertes, contribue aussi à redresser le dos, à ouvrir la poitrine, donc à mieux respirer.
La régularité quotidienne dans la marche et le fait de l’allonger apportent aussi de l’endurance et de la persévérance dans tout ce que l’on entreprend.
Bien entendu si le coeur vous en dit, vous pouvez prendre des temps d’arrêt pour pratiquer quelques postures de yoga. Lorsque je marche, mes préférées sont l’arbre, bien entendu, et le guerrier.
Alors bonnes marches !
Namasté !